Kitsune no Mizuhashi Index du Forum

Kitsune no Mizuhashi
Bienvenue en l'an 3000 où les guerres entre "clan" se propagent...

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Mon FanFic

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Kitsune no Mizuhashi Index du Forum -> Hors jeu -> Floodage
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Vicky Kotetsu
Maître de la zone neutre

Hors ligne

Inscrit le: 19 Nov 2008
Messages: 681
Localisation: quelque part en train de me balader

MessagePosté le: Mer 27 Mai - 17:18 (2009)    Sujet du message: Mon FanFic Répondre en citant

FanFic Naruto Shippuden    
 
Chapitre 1 :    
 
En ce lundi matin, le village de Konoha s'agitait, une fête se préparait. Gaara, le Kazekage de Suna, accompagné de Temari, de Kankurô et de quelques ninjas, venait à Konoha fêter leur alliance.


Naruto, qui se baladait, trouva Shikamaru qui, lui, allait vers la grande porte.


– Où vas-tu? Demanda Naruto


– Je vais attendre le Kazekage et sa garde… ça me saoule, soupira-t-il. On ne me confie que des missions de ce genre.


– Mais il y aura Temari, dit Naruto, plein de sous-entendus.


Shikamaru poussa un long soupir qui en disait long.
Lorsqu'ils arrivèrent à la porte, ils virent un jeune homme, avec une petite fille endormie sur son dos, qui tentait d'entrer. Le jeune homme était à peu près de la même taille que Shikamaru et bien proportionné. Ses cheveux étaient bruns, tout ce qu'il y avait de plus commun, ses yeux, eux, étaient bleus comme la mer. La petite fille, elle, avait des cheveux châtain clair et, comme elle dormait, on ne pouvait connaître la couleur de ses yeux.


 Quand ils s'approchèrent, ils purent entendre ce qu'il disait :


– Je veux voir Tsunade ! cria-t-il. J'ai des informations importantes pour elle !


Naruto remarqua que, malgré les cris des gardes et de son porteur et malgré les bousculades qui s'ensuivaient, la petite dormait toujours. Shikamaru s'en mêla, même s'il n'en avait nulle envie, et réussit à calmer le jeune homme qui s'excusa de s'être énervé. Puis la fillette se réveilla :


– On est où, Yuki? Demanda-t-elle.


– On est à Konoha, on est arrivé.


– Aaah… d'accord, ajouta-t-elle totalement éveillée à présent. Je peux descendre ?


– Bien sûr, répondit-il tout en s'exécutant.


Lorsqu'elle fut à terre, elle s'étira, se posta devant Naruto et Shikamaru, s'inclina et se présenta :
– Bonjour, je m'appelle Kisa, ravie de faire votre connaissance – Elle reprit son souffle et continua – Ce jeune homme s'appelle Yuki Soma et il m'accompagne à la place de ma mère à mon rendez-vous avec le Cinquième Hokage…


– Quoi ! S'exclama le prénommé Yuki ahuri. Tu avais rendez-vous! Pourquoi tu ne l'as pas dit plus tôt ?


– Maman ne te l'a pas dit ? s'étonna la petite fille. Ah bon… ce n'est pas grave, ils vont t'excuser pour ton attitude, vu que tu ne savais pas.      
Le dénommé Yuki ne releva pas et ne chercha pas plus loin car il avait eu ce qu'il voulait, une entrevue avec l'Hokage.





***    
     Le bureau de Tsunade était grand et rond. Kisa était impressionnée car elle en avait vu des bureaux, mais celui-ci était le plus grand qu'elle ait jamais vu. Yuki, lui, n'était point ébloui ni par le bureau ni par le fait d'être en face de l'Hokage.D'ailleurs c'était elle qu'il fixait en attendant qu'elle lui donne la parole. La fillette aux yeux noisette le tira de ses pensées pour lui chuchoter :


– Dis Yuki, on vient pour ce que tu m'as dit… pas pour mon inscription, vu que maman n'est pas là - Yuki acquiesça - c'est bien ce que je pensais - Elle fit une pause et reprit - Tu es sûr de ce que tu fais… on est obligé de le faire - Yuki acquiesça de nouveau - Elle ne va pas aimer… pas aimer de tout, finit-elle avec un peu de tristesse et de reproche dans la voix.


– Je le fais pour elle, s'expliqua-t-il, pour son bien… cela n'a que trop duré.


Il s'interrompit car Tsunade allait les écouter, mais elle leur demanda d'emblée d'être brefs, car elle avait d'autres choses à faire, comme accueillir le Kazekage de Suna.
    
Yuki s'avança, inspira et se lança:


– Connaissez-vous Hinamori Hyuuga ?


Tsunade releva la tête de ses papiers en entendant ce nom. Elle prit un air interrogateur et curieux.


– Si tu veux parler de la première héritière du clan Hyuuga, oui je la connais. Je te rappelle que je suis l'Hokage du village de Konoha, donc je connais le nom de ses déserteurs – Yuki retint d'un bras Kisa qui voulait intervenir – Pourquoi me parlez-vous d'elle ? Auriez-vous des informations sur cette personne?


– Je vous parle d'elle, parce que j'ai réalisé récemment qu'elle avait travaillé un temps aux sources de ma famille – Il sortit une photo de sa poche et la donna à Tsunade – La photo date d'il y a treize ans, on peut y voir les employés, ma famille, et au milieu, Hinamori – Yuki marqua un arrêt – Elle n'est restée qu'un an, elle avait décidé de continuer sa route.


     Tsunade analysa la photo afin d'avoir la certitude que ce soit la bonne personne. Puis elle la rendit à son propriétaire et réfléchit un instant sur ce qu'elle devait faire.


– Vous savez où elle se trouve en ce moment ? Demanda-t-elle


– Malheureusement, non, répondit Yuki. Je ne sais pas grand-chose, mais l'une des gardes du Kazekage, la mère de la petite, saura peut-être vous renseigner. Elle en sait plus que moi sur le sujet…


Il regarda Kisa qui lui jetait un regard accusateur, tandis que lui haussait les épaules.
Soudain Shizune entra essoufflée dans le bureau en annonçant que les invités venaient d'entrer dans le village. Tsunade se leva, invitant ses interlocuteurs à la suivre, ce qu'ils firent. Une fois en dehors du bâtiment, Kisa courut en direction de la porte afin de les voir arriver, tandis que Yuki et l'Hokage attendaient au pied.


– Vous n'allez pas lui en parler tout de suite ? interrogea-t-il.


– J'avais l'intention d'en parler d'abord au Kazekage, répondit-elle le regard fixé sur la rue où arriverait la foule. Ensuite je verrai… cela me surprend que quelqu'un sache quoique ce soit sur Hinamori… vous savez que certains de son propre clan la croient morte, mais je ne sais pas ce qui en ait pour sa famille proche, s'il en va de même ou pas. Je dois avouer que cette affaire m'intrigue… elle n'a jamais cherché à reprendre contact avec sa famille, je veux dire quatorze ans c'est long, à moins de ne jamais vouloir les revoir, comme font les déserteurs et encore on arrive à les retrouver… ce qui n'est pas son cas…


– C'est vrai que c'est étrange, ajouta-t-il.


Progressivement, le bruit de la foule s'approcha et ce fut à ce moment-là que réapparut Kisa, précédant le cortège de Gaara. Tsunade vint à sa rencontre. Ils se serrèrent la main, puis le Kazekage présenta les personnes qui les suivaient.


 Il y avait bien sûr Temari et Kankuro, Matsuri, que l'on avait déjà rencontré quelques années plus tôt, lorsque Konoha avait aidé Suna à la libérer de bandits qui voulaient le pouvoir de Gaara. Puis il présenta une autre personne, une femme plutôt grande, plus grande de quelques centimètres que Tsunade. Son visage était caché par un masque du même genre que celui de Kakashi et une capuche ornait sa tête, masquant ses cheveux. La seule chose que l'on voyait clairement, c'était ses yeux d'un bleu profondément clair, comparable au bleu de la mer. Gaara la présenta sous le nom de Mizuki et c'est à ce moment-là que Kisa sauta à son cou.


– Alors c'est à vous qu'appartient cette petite, dit Tsunade


– En effet, cette petite crapule est ma fille – elle regarda sa fille droit dans les yeux – As-tu été sage et polie avec l'Hokage?


– Bien sûr, répliqua Kisa. Si tu me crois pas demande à Yuki, n'est-ce pas Yuki ? Je n'ai fait aucune bêtise depuis que maman est partie pour Suna !


Yuki acquiesça en silence en évitant de regarder Mizuki dans les yeux.





***    
La Cinquième emmena ses invités de marque loin de la foule, afin d'être au calme pour discuter, tandis que Matsuri et Mizuki, accompagnées de Yuki et Kisa, allèrent se balader dans Konoha. La mère et la fille marchaient l'une à côté de l'autre en se racontant tout ce qui s'était passé depuis leur séparation. Kisa n'oublia pas d'omettre la discussion entre Tsunade et Yuki.
– Devine qui j'ai vu lorsque je suis allée vous chercher? Demanda la fillette d'un air joueur


– Laisse-moi réfléchir – elle prit un air sérieux comme si elle se torturait l'esprit à chercher qui sa fille avait vu – euh… Neji !


La petite fille soupira.


– C'est pas drôle… t'as déjà trouvé…


– Voyons Kisa, dit-elle en l'attrapant par l'épaule pour la coller contre elle, qui d'autre aurais-tu pu voir? Dis-moi, était-il seul ou accompagné?


– Il était juste avec son équipe, répondit Kisa. Dis, Maman…


– Oui?


– Quand est-ce que je les rencontrerai ? Ou au moins les voir, si possible leur parler même s'ils ne savent pas qui je suis…


– Tu sais, commença sa mère, je suis désolée que tu ne puisses pas les connaître… Mais si tout se passe comme prévu, tu pourras peut-être devenir, si rien ne change de notre côté, amie avec la petite dernière qui, si mes souvenirs et mes calculs sont bons, a le même âge que toi.


– C'est vrai ? S'extasia-t-elle, j'espère que tout ira bien alors.


Kisa serra sa mère lui montrant tout l'amour qu'elle lui portait. Pendant ce temps, Yuki et Matsuri suivaient leur conversation, un pas derrière elles. La jeune ninja de Suna ne comprenait pas tout, c'est pour cela que le jeune homme qui était à ses côtés lui expliqua le plan de Mizuki à l'intention de sa fille.


La jeune mère voulait que sa fille ait son diplôme de ninja à Konoha, même si elle lui avait déjà appris tout ce qu'on apprend à l'Académie, si ce n'est plus. Notre ami profita de cette explication pour avouer qu'il n'avait pu aborder le sujet lors de son entrevue.


– C'est pas grave, l'excusa Mizuki. Je préfère lui en parler moi-même.


Nos quatre compagnons continuèrent à marcher jusqu'à l'heure du déjeuner, heure à laquelle ils retournèrent à leur point de départ. Là-bas, une ninja du nom de Sakura leur montra leurs appartements où ils séjourneraient le temps des festivités. Puis les deux Kage, Temari et Kankurô, suivis de Shizune, se joignirent à eux pour le repas.





***    
A près une dure journée, les ninjas de Suna se rassemblèrent dans le salon de leurs appartements car Gaara voulait parler à Mizuki. Tout le monde était là, à l'exception de Yuki et Kisa. Le Kazekage était assis au centre, son frère et sa sœur de chaque côté et Matsuri se tenait sur le côté, un peu en retrait. Mizuki, quant à elle, était en assise en face du chef du village de Suna.
– Mizuki, commença-t-il, l'Hokage de Konoha m'a fait part d'un de ces projets auquel elle voudrait que l'on participe.


– Ah, et de quoi s'agit-il ?


– Il s'agirait d'aider Konoha à retrouver quelqu'un qui a disparu, ou plutôt, qui a déserté – il marqua une pause, puis reprit son explication – une personne leur a dit que tu pourrais les aider à la localiser, dans le but de l'appréhender.


– Bien, dit-elle soupçonneuse, mais tu ne m'as toujours pas dit QUI je suis censée chercher, QUI est la personne pour laquelle MON aide est requise ?


Gaara cherchait ses mots, mais Temari fut plus rapide, et sans doute plus directe qu'il ne l'aurait été : " Ils cherchent Hinamori Hyuuga – Mizuki se figea – Tsunade a décidé de mettre fin à ses quinze ans…


– Quatorze ans, rectifia la jeune femme.


– À ses quatorze ans de mystère et de cavale.


Mizuki se leva, marchant dans la pièce, énervée. Elle savait qui les avait renseigné et marmonnait : « Comment il a pu me faire ça ? Il savait ce qu'elle ferait… il savait ce que cela entraînerait...grrrr ! ! ! »


Ce fut à ce moment-là que Yuki décida de rentrer. Il n'avait pas encore vu le regard que Mizuki lui lançait, mais Kisa, elle, l'avait vu, et ce fut pour cela qu'elle se dépêcha de s'éloigner du jeune homme pour rejoindre Gaara et les autres. Lorsqu'il vit les regards assassins que Mizuki lui jetait, il voulut fuir aussi, mais elle lui sauta dessus avec une très grande rapidité, le plaqua au mur, plaça ses mains autour de son cou et commença à serrer. Tout le monde réagit, sauf Gaara qui restait impassible.


– Tu dois être au courant, réussit-il à dire malgré la pression qui pesait sur sa gorge.


– Effectivement, je le suis, tonna Mizuki. Comment as-tu pu ? Tu sais pertinemment que je ne suis pas prête à ça.


Plus elle s'énervait, plus son étreinte se resserrait autour du cou du jeune homme qui commençait à devenir bleu. Kisa, inquiète, demanda à Gaara d'intervenir avant qu'il n'étouffe. Gaara se leva et alla vers la jeune femme verte de rage. Il posa sa main sur son épaule, ce qui fit tourner la tête de Mizuki, qui relâcha alors le cou de Yuki. Celui-ci tomba à genoux et reprit son souffle. La jeune femme s'éloigna afin de s'énerver plus loin et de s'empêcher de le tuer pour de bon.


– Pas prête, lâcha l'étranglé. Cela fait quinze ans que tu me répètes cette rengaine.


– Quatorze ans, rectifia-t-elle de nouveau, dos à son interlocuteur, et encore, on ne s'est pas rencontré tout de suite…


– Là n'est pas la question, on s'en fout de quand on s'est rencontré, enchaîna Yuki en haussant le ton. Un jour, tu devras leur dire et j'ai voulu t'aider à le faire avant qu'il ne soit trop tard, en disant à Tsunade que tu pouvais aider à la retrouver.


– Tu voulais m'aider – elle eut un petit rire amusé, puis elle enleva le tissu qui masquait la quasi-totalité de son visage et ôta ses lentilles – Tu voulais m'aider… mais comment veux-tu que je les aide à ME trouver ? Hurla-t-elle, ses yeux blancs remplis de colère, en se retournant. Hein ? Dis-moi ! Tu ne dis rien… tu vois, tu n'as même pas réfléchi à ça ! J'en ai marre que tu me dictes ma conduite et mes actes ou ceux que tu crois meilleurs pour moi ! Tu prétends vouloir m'aider, mais tu fais exactement le contraire ! – elle prit ses affaires, se tourna vers Yuki – Je m'en vais !


Mizuki, qui n'était en fait qu'Hinamori, prit la direction de la forêt. Un silence pesant s'installa dans le salon et ce fut Kisa qui le brisa :


– Je t'avais prévenu Yuki, elle n'a pas aimé du tout ce que tu as fait.


– Je devais le faire, se justifia le jeune homme, cette mascarade n'a que trop duré, il faut y mettre un terme.


– Peut-être, mais il y avait sans doute d'autres solutions qui t'auraient évité d'être étranglé par Maman… Mais bon, soupira-t-elle, ce qui est fait est fait, il va falloir faire avec…





***    
Hinamori, encore sous le coup de la colère, décida de se calmer dans la forêt. Elle s'installa dans le coin d'un sentier et hurla sa colère afin de se défouler et de se détendre. Mais cela n'eut pas l'effet espéré et, pleine de rage, elle frappa de toutes ses forces contre un arbre, dont le tronc était assez volumineux, et y fit un trou.Le silence se fit, même si le son de sa respiration résonnait, mais il fut brisé par une voix grave qui s'adressait à notre enragée avec une pointe d'humour :

– Tu sais ce n'est pas en trouant les arbres que tes problèmes se règleront.


– Ah, c'est toi Neji, reconnut la jeune femme. Je sais que ça ne résout rien, mais ça m'aide à me calmer.


– Ah là là, râla le jeune ninja, allez, raconte à ton cousin ce qui ne va pas.


– Tu n'es pas au courant ? s'étonna Hinamori.


– En fait je sais ce que Yuki a fait et ce que projette Tsunade, mais je ne sais ce qui s'est passé lorsqu'on te l’a annoncé… Allez viens me raconter ça – il tendit sa main vers elle, qui semblait hésiter à la prendre – Allez Hinamori, je connais un meilleur endroit où tu pourras tout m'expliquer, tout en admirant les étoiles.


Elle prit ses affaires et suivit Neji jusqu'à une clairière plus en hauteur d'où, comme il l'avait dit, elle pouvait voir les étoiles qui brillaient dans le ciel.
    
Neji était assis contre un arbre situé au bord de la clairière et la jeune femme, elle, était allongée, sa tête sur les jambes de son cousin. Il l'écoutait raconter ce qui s'était passé dans le salon et ce qui s'était ensuivi :


– Quelle histoire, soupira-t-il.


– En effet, maintenant il faut que je réfléchisse à comment me sortir de cette histoire.


– Parce que tu vas refuser d'apporter ton aide ? s'étonna-t-il.


– Bah oui… comment veux-tu que je fasse pour me chercher moi-même ? Et puis, si ça se trouve, papa ne voudra pas qu'on me cherche – Neji lui donna une petite tape sur la tête.


– T'arrête un peu de dire des âneries ! Ton père n'attend que ça… savoir si tu es en vie et où tu es, ou si tu es morte…


– Morte ? Murmura Hinamori.


– Imagine, quatorze ans sans nouvelle de sa fille… c'est normal qu'il y ait pensé.


– Vu comme ça… mais… Hinata et Hanabi?


– Hanabi aimerait te connaître – il eut un petit rire amusé – elle est curieuse de savoir si tu es comme on lui a raconté…


– Qu'est-ce que vous lui avez dit ? rit-elle à son tour.


– Quand à Hinata, je ne sais pas trop ce qu'elle en pense, elle n'aime pas trop en parler. Pourtant, Tsunade va devoir lui demander…


– Lui demander quoi ? Coupa Mizuki.


– Si elle veut qu'on fasse les recherches, moi j'ai déjà répondu – La jeune femme se redressa afin d'entendre ce que Neji avait dit à l'Hokage – J'ai dit oui.


– Evidemment, soupira-t-elle, je vais être obligée de te décevoir en refusant de participer.


– Tu sais, tu n'es pas obligée de dire qui tu es réellement. Tu peux leur parler de toi en tant que Mizuki, proposa-t-il.


– Je verrai demain matin, mais dis-moi, est-ce que mon père sait que tu es là ? Je veux dire, il sait que tu es avec moi ?


Neji rougit.


– Je lui ai dit que j'allais te voir…


– Et ? insista Hinamori.


– C'est tout…– La jeune femme harcela le jeune homme du regard, elle ne voulait pas lâcher l'affaire – … et il croit toujours ce que lui a dit Tenten il y a six ans – elle ne put se retenir d'éclater de rire.


– Il croit toujours que je suis ta petite amie – Neji lui demanda d'arrêter car il ne trouvait pas ça drôle – Tu te souviens quand on a fait croire à ton équipe qu'on s'était embrassé lorsque je t'ai raccompagné à ta chambre ?


Elle rit en y repensant.


– Oui, je me rappelle… Tenten m'avait harcelé toute la journée avec ça… c'était marrant de la voir essayer de me tirer les vers du nez.


Il sourit.


– Bah tu vois ! – Elle regarda le ciel un instant avant de revenir sur Neji – Il est tard, tu devrais peut-être rentrer ?


– C'est vrai – Il sourit – Ton père m'a interdit de découcher.


Ils rirent un moment, puis Hinamori prit ses affaires car elle avait décidé de ramener Neji chez lui.


Peu avant d'arriver, Mizuki examina les lieux du regard.


– Mon père est là, je crois qu'il t'attend.


Neji soupira, mais se ressaisit et eut un regard plein de malice.


– Et si on lui donnait une bonne raison de m'avoir attendu ? dit-il en souriant.


– On se rapproche, ajouta sa cousine, qui avait compris ses intentions. Quand je vais raconter ça à Kisa…


Ils s'approchèrent de la maison, qui n'était à présent qu'à quelques mètres. Ils se placèrent de sorte que le clair de lune n'éclaire pas le visage de Mizuki lorsqu'elle enlèverait son masque. Puis ils firent semblant de s'embrasser, sans le faire vraiment vu qu'ils sont cousins, sous le regard interloqué d'Hiashi, le chef du clan Hyuuga qui, de l’endroit où il se trouvait, voyait la scène d'un autre angle qui rendait ce baiser vrai, ce qui n'était pas le cas. Ensuite, les deux cousins se séparèrent, Hinamori partit et Neji, lui, rentra dans la maison mais s'arrêta au niveau de son oncle.


– Je n'approuve pas cette relation… elle est de neuf ans ton aînée, elle est mère d'une petite fille de onze ans ce qui montre qu'elle l'a eu très tôt, de plus elle habite dans un autre village qui est à trois jours de Konoha…


– Mais le plus important n'est-il pas d'être heureux? Vous dites ça parce que vous ne la connaissez pas – Heureusement se disait Neji, sinon il désapprouverait encore plus, même s'il ne se serait jamais rien passé – C'est elle qui va peut-être mener les recherches sur Hinamori.


Neji alla dans sa chambre, laissant son oncle qui ne disait plus rien. Hinamori, quant à elle, rejoignit les appartements où elle logeait. Elle avait repéré la fenêtre de la chambre de Kisa plus tôt dans la journée, donc elle savait où entrer. Heureusement, la fameuse fenêtre n'était pas verrouillée, la jeune femme entra donc en silence car sa fille dormait. Elle posa ses affaires dans un coin de la pièce, se découvrit sans faire le moindre bruit, puis elle s'allongea près de sa fille endormie et finit par en faire de même.





***    
Le lendemain, lorsque Yuki alla réveiller Kisa, il vit que la chambre était vide. Le lit était fait, comme si personne n'y avait dormi, la seule trace d'une quelconque présence dans cette pièce était un petit mot, posé sur l'oreiller, qui disait qu'elle lui expliquerait plus tard. " Expliquer quoi ?" se dit le jeune homme. Il se demandait ce qu'elles manigançaient.
Pendant ce temps, Hiashi Hyuuga, chef du clan Hyuuga, se rendait au bureau de Tsunade accompagné de ses filles, Hinata et Hanabi, et de son neveu, Neji. Il avait été convoqué pour parler de quelque chose d'important. On ne lui avait pas dit de quoi il s'agissait mais il en avait une petite idée.


– Pourquoi l'Hokage veut te voir ? Et pourquoi tu nous emmènes aussi ? demanda la petite dernière.


– Je crois que c'est à propos de ta sœur…, répondit le père.


– Hinata?


– Hein… de quoi ? balbutia celle-ci.


– Non, pas Hinata – Il marqua une pause – Je crois qu'on va parler de … de Hinamori…


– Ah bon… murmura Hinata.


– Ils l'ont peut-être retrouvée ! s'exclama Hanabi.


– Je ne pense pas que ce soit ça, intervint Neji


– Pourquoi?


– Neji a raison, ajouta le père. Si c'était le cas, Tsunade nous aurait convoqués de toute urgence tous les quatre, et non que moi…


– Tu as sans doute raison papa.


Lorsqu'ils arrivèrent au bureau, ils virent qu'une petite fille était assise près de la porte, elle avait l'air d'attendre quelque chose. Quand elle les vit arriver, elle courut dans leur direction.


– NEJI ! S'exclama-t-elle en lui sautant au cou, tu es enfin arrivé !


– Tu sais Kisa, il me faut le temps de venir, plaisanta-t-il. Et puis, il n'y avait que mon oncle de convoqué…


– Oui, mais ils ont dit qu'il emmènerait surement toute la famille.


Soudain la porte du bureau s'ouvrit et on vit sortir Mizuki.


– Kisa pourquoi cries-tu ?


Elle tourna la tête et vit la famille réunie dans le couloir. Si les choses n'étaient pas telles qu'elles étaient, elle aurait sans doute couru vers eux et les aurait serrés dans ses bras, mais elle ne le pouvait pas. D'ailleurs, même les regarder lui était douloureux et ce fut pour cela qu'elle fixa son cousin qui portait Kisa. Malgré cela, des mots parvinrent à sortir de sa bouche :


– Ah, tu es là petite crapule, allez arrête d'embêter Neji, il est attendu… et on ne fait pas attendre l'Hokage.


Elle récupéra sa fille et l'attrapa par la main en l'entraînant dans le bureau.


– Venez, il ne manquait plus que vous.


La famille entra et s'aperçut qu'il y avait aussi Anko, Naruto et Sakura, sans compter Shizune qui était évidemment présente à cette réunion. Mizuki lâcha la main de Neji lors de leur entrée afin de rejoindre Anko, qui était sur le côté.


– Merci d'être venu, je vois que vous êtes venu avec tout le monde, dit Tsunade en voyant la petite famille réunie devant elle.


– J'ai pensé que cela concernait tout le monde, dit le père avec un grand sérieux, ce qui était normal vu le sujet qui allait être abordé.


– Bien… continuons. Hier, je vous ai fait part d'une information, qui disait qu'une personne pourrait nous aider à localiser, dans le but d’appréhender votre fille…


– Appréhender ? s'interrogea Hanabi.


– Effectivement, je suppose que tu connais le statut qu'on a attribué à ta sœur – La petite fille acquiesça – celui de déserteur, or tu sais que déserter est un crime, donc elle doit être arrêtée pour désertion. De plus, il semblerait qu'on l'ait vue en compagnie d'ennemis de Konoha, on pourrait donc ajouter traître à déserteur…


– Vous ne devriez peut-être pas parler de ça devant Hanabi, conseilla le père de celle-ci qui était abasourdie par les paroles de l'Hokage.


– En effet… excusez-moi… – Elle essaya de s'adoucir afin de la tranquilliser – Nous verrons d'abord si nous la retrouvons, on verra à ce moment-là ce que l'on fera, d'accord ?


– D'a… d'accord, murmura la petite.


– Bon… poursuivons. Cette jeune femme veut nous aider.


Elle fit signe à Mizuki de s'avancer et de dire ce qu'elle lui avait confié lors de leur entrevue.


– Voilà, j'ai pas mal d'informateurs, qui ne se confessent pas aux ninjas, et je connais pas mal d'endroits où elle aurait pu aller. Nous pourrions y enquêter. De plus, comme elle a travaillé aux sources Soma, on pourrait aussi y aller…


Elle s'arrêta car elle voyait les regards sceptiques que lui lançait le chef de famille qui prit la parole :


– Vous êtes en train de nous dire que vous pourriez la trouver ? Vous réussiriez, là où on a échoué il y a quatorze ans de cela…


– Je ne vous garantis pas que je la retrouverai, expliqua Mizuki. Je… je dis seulement qu'en quatorze ans, votre fille aura, sans doute, fréquenté d'autres lieux et aura parlé avec plus de personnes que lorsqu'elle est partie – elle marqua une pause, mais ne laissa pas le temps à Hiashi de prendre la parole – et puis… si on ne la retrouve pas, peut-être en apprendrons-nous plus sur les circonstances de son départ. Sachez juste que je ne ferai rien sans votre accord.


Le chef du clan Hyuuga se tourna alors successivement vers Neji et Hanabi, qui acquiescèrent, et enfin vers Hinata qui haussa les épaules, lui faisant comprendre qu'elle ne savait pas.


Son père était compréhensif sur ce qu'elle ressentait. L'absence de sa sœur ainée l'avait marquée, car elle était alors devenue l'héritière de la famille et, du coup, son père attendait alors beaucoup d'elle parce qu'Hinamori faisait partie des enfants que l'on appelait "génie". Hinata en avait bavé pour respecter ses attentes, c'est-à-dire, arriver au niveau de sa sœur, puis Hanabi était née et son père avait préféré s'occuper d'elle. De plus, Neji haïssait, à cette époque, la branche principale et cela avait alors rendu la vie d'Hinata très dure, comme lors de l'examen des chuunins.


Seuls son équipe et Naruto arrivaient à lui faire oublier ses problèmes et c'était pour cela qu'elle se demandait si elle voulait revoir sa sœur ou non, après tout ce qui s'était passé.


– Je… je ne sais pas…, bafouilla-t-elle. Mais, je ne voudrais pas décevoir tout le monde en refusant.


Elle regarda tour à tour les membres de sa famille présents.


– Melle Hinata, commença Mizuki un peu tendue de parler à sa jeune sœur après tant d'années, s'il vous faut du temps pour y… y réfléchir… je peux attendre, et… et si lorsque vous aurez pris votre décision, je serai partie… alors je reviendrai… il n'y a pas de problèmes.


– Mer…merci. J'aimerais en effet un peu de temps… – son père posa sa main sur son épaule pour lui dire qu'il comprenait.


– Nous comprenons tous… nous allons donc rentrer, proposa son père.


– C'est d'accord, ajouta Tsunade. Lorsque tu auras pris une décision, Hinata, j'aimerais que tu viennes m'en faire part en priorité.


La jeune fille acquiesça et sortit, suivie de son père, de sa sœur et de son cousin. Elle jeta avant de sortir de la pièce un coup d'œil à Mizuki, afin de voir comment elle sentait. Celle-ci, accompagnée de Kisa et d’Anko, les imita quelques secondes plus tard, tandis que Naruto et Sakura restèrent dans le bureau.


– Alors on ne fait rien ! s'exclama Naruto.


Sakura serra le poing puis le frappa sur la tête énervée par sa stupidité légendaire. C'est alors qu'une grosse bosse se forma sur le crâne du jeune homme.


– AÏE ! Mais pourquoi tu me frappes ?


– Parce que, comme d'habitude, tu n'as rien compris à la situation – elle soupira – Hinata a besoin de réfléchir et Mizuki ne veut rien faire sans l'accord de tout le monde.


– Aaaah, d'accord – il réfléchit – elle a besoin de réfléchir à quoi?


_ Mais quel imbécile ! – elle le frappa à nouveau au même endroit – Réfléchir à si, oui ou non, elle veut revoir sa sœur.


– Mais pourquoi elle ne voudrait pas la retrouver?


– Parce qu'elle lui reprocherait son enfance difficile, d'être à l'origine de tous ses problèmes avec son père et de l'avoir abandonnée, expliqua Tsunade. De plus, la branche parallèle reproche à Hinamori la mort de son oncle Hizashi. En bref, son possible retour ne plait pas à tout le monde. Cette mission risque de faire polémique.





***    
Mizuki sortit, énervée. Elle avait beau essayé de le cacher mais sa meilleure amie et sa fille la connaissaient bien et donc elle ne pouvait rien leur cacher. Sa colère se serait dissipée sous peu, si elle n'avait pas croisé la route de Yuki, qui en s'avançant vers elle, lui dit si naïvement le sourire aux lèvres :– Tu vois ! Ce n'était pas si compliqué ! Alors quand est-ce qu'on part à ta "recherche" ?

Anko, qui soupçonnait Hinamori de vouloir retourner sa colère contre son ami, s'approcha d’elle afin de pouvoir l'arrêter et l'attrapa par les épaules.


– Arrête, ne fais pas ça… je sais ce que tu as envie de faire, mais il ne le mérite pas parce qu'il ne pouvait pas prévoir ce qui s'est passé. Toi non plus d'ailleurs, tu avais juste peur que cela arrive c'est pour cela que tu ne voulais pas le faire, mais tu as agi et c'est bien, alors calme-toi.


– Je ne comprends rien de ce qui se passe, expliquez-moi ! intervint Yuki.


– L'Hokage vient d'apprendre à la famille ses projets, mais Maman vient d'apprendre qu'Hinata ne sait pas…, expliqua Kisa.


– Qu'elle ne sait pas quoi ?


– Si elle veut me revoir ! Cria Mizuki. Voilà ce qui se passe !


– Ah… Excuse-moi, je ne pouvais pas deviner que…


– C'est pour ça que je ne voulais pas le faire, le coupa la jeune femme en colère. Tu ne pouvais pas me garantir une réponse claire de sa part, tu ne pouvais pas savoir si elle voudrait me voir ou si elle refuserait de me voir, j'aurais préféré un oui ou un non, pas un peut-être – sa gorge se serra – et c'est cette réponse-là, qui me fait le plus mal… et tout ça c'est de TA faute ! ajouta-t-elle en voulant frapper Yuki, mais Anko l'en empêcha et fit barrage pour éviter que son amie ne le tue.


Mizuki s'agenouilla et resta là, immobile, sans rien dire. C'est alors que Kisa alla vers sa mère et mit sa tête contre elle afin qu'elle se calme. Puis, Anko raconta à Yuki tout ce qui s'était passé dans le bureau de Tsunade, pendant que la mère et la fille marchaient devant main dans la main.


– Dis Maman, tu crois qu'elle va réfléchir longtemps ? Parce qu'on repart demain… D'ailleurs, est-ce qu'elle le sait?


– Je pense que Neji a dû le lui dire. De toute façon, même s'il ne lui avait pas dit, elle doit sûrement connaître la date du départ de Gaara, répondit Hinamori.


– J'y avais pas pensé… j'espère qu'elle ne réfléchira pas trop longtemps.


– Tu sais ma chérie, il lui faut du temps, je peux tout à fait comprendre cela, j'ai bien mis quatorze ans pour – Yuki qui avait rejoint la conversation lui donna un coup de coude pour qu'elle se corrige – j'ai bien mis quatorze ans à faire ce que Yuki me proposait, même si ce n'est pas toi qui m'as convaincue.


– Ah oui, et puis-je savoir qui ? s'interrogea le jeune homme.


– C'est mon petit ami ! répondit-elle en éclatant de rire, suivie d'Anko et de Kisa, tandis que Yuki ne semblait pas comprendre. Bah oui voyons… c'est Neji.


– Pourquoi tu ne le dis pas directement ? J'aurais compris tout de suite, se justifia-t-il.


Tous rentrèrent et prirent un copieux repas en compagnie des ninjas de Suna.





***    
     Pendant ce temps, à la demeure Hyuuga, Neji, Hanabi et son père prenaient le thé dans la cour, après s'être entraînés, alors qu'Hinata était restée tout ce temps dans sa chambre. Elle réfléchissait à ce qui venait de se passer en tenant une des trois photos qui l'entouraient. Celle-ci représentait la famille Hyuuga au complet. On y voyait, l'un à côté de l'autre, les deux frères jumeaux, et chefs de chacune des branches, agenouillés derrière une jeune fille assise en tailleur, qui ressemblait beaucoup à Hinata lorsqu'elle était rentrée à l'Académie, sauf que ce n'était pas elle mais sa sœur Hinamori qui avait dix ans, tandis qu'elle, assise sur une de ses jambes, était à peine âgée de six mois. Neji, lui avait alors un an et était assis sur l'autre jambe. Chaque enfant était situé du côté de son père respectif.Cette photo, tous les membres de la famille en avaient un exemplaire, même Hanabi. Elle montrait une famille unie et heureuse, sans conflits familiaux et c'était la seule où la famille était au complet

La deuxième, plus intime, avait été prise le même jour que la précédente par le père des filles. On y voyait trois enfants endormis sur le toit de la demeure principale, au lever du jour. Hinamori était au centre avec sa jeune sœur qui dormait allongée sur son ventre, tandis que Neji dormait collé à sa cousine, dont la tête reposait sur la sienne.


Son père lui avait raconté qu'il avait eu ce jour-là la plus grande peur de sa vie, car il avait découvert son berceau vide, ainsi que la chambre de sa sœur désertée, et il en valait de même pour son frère Hizashi, qui lui cherchait son fils. C'est alors qu'il avait compris où ils étaient. Il lui avait conté qu'Hinamori adorait regarder les étoiles la nuit et que, voulant les monter à sa petite sœur, elle l’avait emmenée sur le toit en même temps son cousin.


La troisième photo, un peu plus vieille, représentait l'aînée des Hyuuga lors de sa remise de diplôme. Là, elle tenait d'un côté Neji, alors âgé de trois ans, et de l'autre Hinata qui avait deux ans. Les deux petits tenaient chacun un côté du bandeau de ninja qu'elle venait de recevoir. Tout le monde avait l'air heureux. Qui aurait cru qu'elle partirait dans la nuit ?


Hinata soupira en repensant à tout ça. Que devait-elle faire ? Que choisir ? Voilà le genre de questions qui tourbillonnait dans sa tête. Mais cette farandole d'interrogations fut interrompue par le bruit de quelqu'un qui frappait à sa porte, qui s'ouvrit en laissant apparaître Kurenai, la chef de son équipe, qui s'assit auprès d'elle.


– Bonjour Hinata, je suis venue voir comment tu allais, parce que j'ai entendu parler de cette histoire de recherche.


– Les nouvelles vont vite, fit remarquer Hinata


– En effet… ton père m'a dit que tu n'avais pas pris de décision.


– C'est exact… je suis un peu perdue. On n'a pas réussi à retrouver une jeune ninja de douze ans fraîchement diplômée… alors retrouver une ninja de vingt-six ans, qui aurait quatorze ans de cavale derrière elle… je trouve cela un peu surréaliste.


– C'est vrai, vu comme ça, mais, même si les chances de la retrouver sont minces, voire infimes, tu pourrais profiter de cette mission pour trouver des réponses à tes interrogations, qu’en penses-tu ? Il se pourrait que cela t'apporte plus que tu ne le crois…


– Vous croyez, Sensei ? Je… je sais pas, il s'est passé tant de choses à cause d'elle et d'autres auraient pu être évité si elle n'était pas partie…


– Ça ne sert à rien de ressasser le passé, ce qui est fait est fait, tu ne pourras rien y faire. Ta sœur est partie mais je suis sûre qu'elle avait une bonne raison, parce qu'elle t'aimait beaucoup. Tu étais son plus beau cadeau, comme elle nous l'a dit lorsque tu es née… Après tout, tu es née le même jour qu'Hinamori. Je pense qu'elle l'a fait en pensant que c'était la meilleure chose à faire. Je ne crois pas à la fugue du génie qui craque sous la pression, ce ne sont que des racontars. Tu devrais en profiter pour découvrir la vérité et lever le voile sur ce mystère.


– C'est vrai, merci Kurenai-sensei, merci de m'aider comme vous le faites.


– C'est mon travail et, de plus, je me disais que tu aurais du mal à prendre une décision – Hinata sourit – et j'avais raison. Veux-tu qu'on t'accompagne chez Tsunade?


– On?


– Oui, Kiba et Shino sont venus, ils sont dans la cour avec Neji. Ils s'inquiétaient pour toi, alors ils m'ont suivie jusqu'ici.


– Ah – Hinata baissa les yeux et rougit, puis elle se ressaisit – allons-y.


Les deux ninjas rejoignirent les autres qui discutaient. Akamaru se rua sur la jeune fille, la faisant tomber, et lui lécha le visage. Kiba débarrassa Hinata de son chien et l'aida à se relever tandis qu'il s'excusait. Après cet incident, la jeune fille informa son père de sa décision. Il en fut très heureux et la prit dans ses bras. Tandis qu'elle rougissait, le chef de clan lui glissa à l'oreille :


– Puisse cela apporter des réponses à nos questions, mais surtout aux tiennes… Il y a des mystères qu'on ne peut laisser irrésolus – Le père lâcha sa fille de son étreinte et changea de sujet – Faut-il t'attendre pour le dîner ?


– Non, pas la peine je vais manger avec Kurenai-sensei et les autres.


– D'accord, acquiesça le père, n'oublie pas de prévenir l'Hokage et ne rentre pas trop tard.


– Ne vous inquiétez pas, je ferais en sorte qu'elle ne se couche pas trop tard. Une dure journée l'attend sûrement demain…


Après être passé chez Tsunade, qui accueillit cette nouvelle avec une joie non modérée – elle chargea d'ailleurs Naruto, qui était là, de prévenir Mizuki du changement de programme avant qu'elle ne parte – l’équipe alla dîner dans un petit restaurant où avait l'habitude d'aller Asuma.


– Alors, comme ça, tu vas partir à la recherche de ta sœur, commença Kiba alors qu'il avalait un morceau de viande. C'est bien, mais… – il finit sa bouchée – tu crois qu'elle le mérite après tout ce qu'elle t'a fait subir?


– Kiba ! apostropha Kurenai.


– Techniquement, elle ne lui a rien fait subir directement, ajouta Shino.


– L'important n'est de savoir si elle le mérite ou non, répondit Hinata, le principal est de savoir ce qui s'est passé et ce qui l'a poussée à le faire.


– C'est vrai… pardon, finit par dire le jeune homme.


Ils n'en parlèrent plus de toute la soirée et passèrent un bon moment. Quelques heures plus tard, ils décidèrent de rentrer. Au même moment, Hinamori quitta Anko avec qui elle avait passé la soirée, rentra chez elle et se coucha, exactement comme le faisaient Hinata, le reste de la famille Hyuuga et les ninjas de Suna.





_________________
Amicalement Vicky Kotetsu la Chef des Neutres

Etre neutre c'est pas se casser la tête à choisir un camp...
quelle philosophie ^^


Dernière édition par Vicky Kotetsu le Mer 16 Juin - 19:16 (2010); édité 2 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 27 Mai - 17:18 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Kenichi Takeda
Garde du corps de Seito

Hors ligne

Inscrit le: 23 Nov 2008
Messages: 22

MessagePosté le: Mer 17 Juin - 09:56 (2009)    Sujet du message: Mon FanFic Répondre en citant

Vicky, diminue un peu la taille de ta police, ça serre à rien de gagner en place en faisant ça lol

Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 01:22 (2017)    Sujet du message: Mon FanFic

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Kitsune no Mizuhashi Index du Forum -> Hors jeu -> Floodage Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com